Food and Fuzz

Dream Homeless, le punk rock valaisan et le porc fumé.

Avec un teaser dans lequel le bassiste brûle sa première basse, puisque de toute manière c’était une yamaha pourrie et qu’il n’y a rien de sentimental, on est assez vite mis dans l’ambiance avec Dream Homeless.

IMG_4207

Après une première rencontre en ville de Fribourg pour ce qui devait être une interview Food And Fuzz, j’ai eu envie de les revoir dans leur milieu naturel, un local situé en zone industriel de Martigny pour leur livrer quelques sandwichs lors de leur pause et inaugurer ainsi ma nouvelle rubrique.

Ils sont trois dans cette formation punk rock valaisanne née en 2012. Florian qui a commencé à jouer de la basse quand il est entré dans le groupe, Jeff au chant et à la guitare et Thomas derrière la batterie. Bien  qu’ils ne cracheraient pas sur une vie faite de bière et de rock, quitte à avoir faim de temps en temps, ils ont presque tous activité professionnelle. Florian est médiamaticien chez un opérateur téléphonique suisse dont on ne citera pas le nom, bien que j’aimerais vous parler de leur logo à 100 milliards de dollards qui a rendu fou plus d’un graphiste. Mais passons. Thomas quant à lui pourrait facilement passer pour un bûcheron qui se muerait en mannequin pour magazines viriles à ses heures perdues. Il est grand, barbu, a un accent valaisan à faire pâlir les fans de Christian Constantin et vit aux Marécottes, la plus jolie station de ski du Valais. Mais en fait il est maçon et l’affirme: « Le béton c’est ma passion ». Et puis Jeff, le chanteur-guitariste du groupe est actuellement en recherche d’emploi mais ce statut qui n’a pas l’air de lui plaire ne  l’empêche pas de s’occuper des demandes de subventions pour le groupe ou de la création du merchandising parfois collector.

Dream Homeless c’est du bon vieux punk avec une touche 90’s qui tombe à point nommé. Sans rire, avec un nom et un son pareil, on a envie de se trouver un bout de carton sur rodeo drive, d’acheter de la gnôle bon marché avec les quelques piécettes gagnées grâce à une démonstration de slalom en roller, de la planquer dans un sachet en papier et de la boire couché sur le côté en regardant les pieds des passants qui défilent. Le tout en se demandant bien sûr s’il vaut vraiment la peine de se lever pour aller pisser ou si la température ambiante suffira à faire sécher un Levi’s 501 délavé avant la nuit. Rien d’étonnant quand on sait que Jeff est fan de la première heure de Blink182. Clairement aujourd’hui les influences du groupe ont évoluées avec eux et elles sont suffisamment variées pour donner un large éventail de possibilités. Florian aime ce qui est rapide et lourd, Red Fang ou Motörhead par exemple. Thomas quant à lui avoue se désintéresser progressivement du hardcore au profit du Blues Rock, il me cite Rival Sons et Kill it Kid, on parle également de Black Rebel Motorcycle Club. Et puis Jeff qui a donc gardé quelque part dans sa chambre des posters de Travis Barker et Tom DeLonge écoute volontiers The Bronx, les Dead Kennedys ou encore Penny Wise. Les trois se déplacent volontiers pour des concerts de Converge, Foals, des Hives ou de Dinosaur Junior entre autres. Surtout s’il y a de la bière (thème récurant dans le groupe). Toutes ces influences se retrouvent dans un album couillu. On passe d’un puissant tube radio (Drink again) à des sons moins punks, plus lourds comme dans « Blood is on the Ground » . Mais l’essentiel est dans l’esprit, loin de vouloir étaler des prouesses techniques, le trio veut montrer ce qu’ils aiment et savent faire, du rock sur un ton décalé mais puissant.

Je me suis donc rendue à leur local un mardi soir. Après une heure de route sous une pluie battante, j’arrive au pied des montagnes valaisannes, à la tombée de la nuit, de gros nuages se dissipent. J’ai toujours l’impression d’avoir été incrustée dans un épisode de Twilight quand j’arrive en Valais.

Derrière une lourde porte coulissante se trouve le local de Dream Homeless qu’ils partagent avec quelques groupes de la région dont les très bons Tim and The Black Thieves. Et comme ils sont malins les valaisans, ils ne font pas que partager un lieu de répétition, ils font de cette colocation un label indépendant, Korrupted House Records .

Le Local ferait monter les larmes à plus d’un groupe en Suisse. Déjà parce qu’il ressemble à s’y méprendre à un show-room avec des dizaines d’instruments un peu partout, des pédales, des micros, des amplis. Et même si le tout semble un peu bordélique, les groupes qui se partagent l’endroit ont un espace bien défini à chacun. Dans l’entrée se trouve un salon et sa table basse ornée de cadavres de bière, la seule bouteille d’eau qui dénote fait office de cendrier. Quand on sait que ces trois là n’ont jamais donné un concert en étant sobres, l’honneur est sauf.

Au fond du local se dresse une scène. Oui oui, une vraie scène haute d’environ un mètre qui donnera il paraît l’occasion au label de produire quelques soirées mémorables. On vous en dira plus prochainement. Ce soir, le groupe répète pour son vernissage qui aura lieu samedi au Port Franc de Sion. Accompagnés des excellents Hathors et des Dead Shamans, la soirée promet d’être à la hauteur du titre de l’album: « Not for the Glory, just for the Party ».

En attendant, le trio prend sa pause à mes côtés. On s’ouvre une bière, je leur ai ramené quelques double stout anglaises pour accompagner mes club sandwichs à l’effiloché de porc fumé. Ils adorent, enfin presque. Jeff a horreur de la rucola qu’il retire de son sandwich avant de l’entamer. Le pic-nic terminé, chacun reprend sa place et ils jouent encre quelques titres histoire d’être prêts pour samedi, moi de mon côté, je profite d’un concert privé en buvant une bière et en terminant mon paquet de clopes, la vie est parfois si difficile, mais pas ce soir.

Retrouvez Dream Homeless sur leur page facebook.

Club Sandwichs à l’effiloché de porc

IMG_4655

-une belle épaule de porc

-hickory a faire tremper dans de l’eau au minimum 30min (bois pour le fumage)

-3cs de moutarde sèche

-3 pincées de gros sel

-poivre

-paprika en poudre (à volonté)

-3cs d’ail en poudre

-piment en poudre (à volonté)

Pour la sauce barbecue:

-2,5dl de sauce soja

-2,5dl d’eau

-2cs. de vinaigre de vin rouge

-une douzaine de tranches de pain aux céréales (pour club sandwich)

-3dl de ketchup

-3cs de sauce worcestershire

-1cs de vinaigre de cidre

-sel, poivre, piment en poudre

-2cs à moutarde

-3cs de cassonade

Pour les sandwichs:

-rucola

-pousses de moutarde

-radis à bière

 

 

 

 

Faites chauffer le grill. Il faut un feu indirecte pour fumer la viande. Utilisez des pellets, la température devra être constante pendant sept heures.

Pendant que le grill chauffe, masser la viande avec un mélange d’épices: moutarde sèche, paprika, piment en poudre et ail séché (à passer au pilon)

Mettre deux poignées d’hickory essoré sur les braises et disposer la viande sur la grille. Fermer le couvercle et surveiller la température. Elle doit rester entre 110 et 120°C maximum.

Pendant que la viande cuit doucement, préparer la sauce barbecue.

Mettre tous les ingrédients dans une casserole, porter à ébullition puis baisser le feu et laisser mijoter une dizaine de minute. Mettre de côté.

Une fois les épaules cuites, les emballer dans une feuille d’alu et les laisser se détendre 30min à température ambiante, puis les effilocher. Si la cuisson a été bien menée, la viande devrait s’effilocher presque seule, avec les mains ou une fourchette.

Monter les sandwichs avec une couche de radis à bière tranché à la mandoline, un peu de viande, de la rucola et quelques pousses de moutarde. C’est prêt!!!

foodandfuzz
Follow me

foodandfuzz

Vous aimez la bouffe et le rock?

Sur Food & Fuzz, je cuisine et propose les recettes préférées de mes musiciens préférés! Des reviews de concerts, des critiques d’albums, de l’actu et des recettes, le paradis?

Si tu as un groupe ou que tu as un super label et que tu aimerais un article sur Food & Fuzz, écris-moi!
foodandfuzz
Follow me

About the author

foodandfuzz

Vous aimez la bouffe et le rock?

Sur Food & Fuzz, je cuisine et propose les recettes préférées de mes musiciens préférés! Des reviews de concerts, des critiques d’albums, de l’actu et des recettes, le paradis?

Si tu as un groupe ou que tu as un super label et que tu aimerais un article sur Food & Fuzz, écris-moi!

Leave a Comment