Food and Fuzz

Garadh, les frères Hay et le boeuf fumé au foin

Si comme moi vous aviez 13 ans en 1997, vous n’avez pas pu passer à côté de ça:

 

Rien de bien fuzz on est d’accord. Mais quand on sait que le cadet des frères Hay, le batteur du groupe Garadh se faisait passer pour Isaac Hanson et qu’il joue maintenant dans un groupe avec ses deux frangins, vous comprendrez que la comparaison était irrésistible. Je vous rassure, il y a plus de poils et moins de doo wap chez Garadh.

Samedi passé, j’avais donc rendez-vous au XXème avec François, Edward et Mathieu, les frangins qui forment Garadh depuis plus de dix ans. Les genevois ont été rejoints pas Yves, leur bassiste dès la création du groupe et n’ont jamais changé de line-up, ce qui est plutôt cool.  Les trois frères ont des origines écossaises, et ça n’est pas rien en pleine coupe de monde de rugby, même si l’Écosse se prend une belle brossée face à l’Afrique du Sud pendant que le groupe décharge son matériel. J’en profite d’ailleurs pour aller tâter du muscle et accessoirement me faire masser les cuisses par une quinzaine de beaux rugbyman du Rugby Club de Fribourg, tous  en chemise blanches, coquards à l’oeil pour quelques uns et béquilles pour le moins chanceux. La joie!

 

IMG_5972

 

Plus sérieusement, pendant que ses frères portent les amplis et montent la batterie sur scène, je m’assieds au bar avec Edward, le seul des frères Hay a posséder un prénom anglophone. Il est le cadet de la fratrie, juste après l’aîné François, fils naturel de Krist Novoselic et Neil Fallon à qui il ressemble beaucoup et le benjamin, Mathieu qui fait tourner ses baguettes à la fin de chaque mesure.

Dix ans donc qu’ils jouent ensemble. Après un deuxième album fortement inspiré de la mort de leur père il y a 5 ans, Garadh s’embarque dans la création d’un troisième album sorti cette année sous un titre qui veut dire beaucoup: « Need a change ».

L’album et le premier clip qui en est tiré ont été entièrement auto-produits, sans aide extérieurs aucunes. Ils ont donc pris de l’assurance et ça se sent. Le clip de « Every Single Day » est carrément gonflé. TVM3 l’ayant d’ailleurs jugé trop violent pour le passer sur leur chaîne.

 

En live pourtant, et là c’est la bassiste de stoner instrumental qui vous parle, la formation est plutôt sage. Les sons sont calés, rien ne dépasse, les voix sont parfaites, les guitares en place et Mathieu fait toujours tourner ses baguettes, à l’aise derrière ses fûts. On sent qu’ils ont des heures de vols. Les arrangements sont impeccables, les breaks tombent là où il faut et les compositions sont accrocheuses. Ils ont comme influences des groupes comme Muse, Mars Volta, Jeff Buckley ou Radiohead, donc forcément tu t’attends à quelque chose de bien ficelé. Et puis ils se permettent de faire un peu peur au patron en entonnant I will Always Love you pour leur soundcheck,faut oser, et disposer d’un organe plutôt conséquent donc, ce qui n’est aps un soucis pour François et Edward qui disposent de voix assez ncroyables pour mettre tout le monde d’accord.

Alors il est clair qu’Edward me connaissant un peu m’avait prévenue qu’à son avis j’allais préférer les Black Widow’s Project qui jouaient après eux. Je n’irais pas jusque là, puisque ce sont deux groupes très différents. Mais il est vrai que j’aurais aimé en voir un peu plus du côté de Garadh. C’est un peu la différence que je fais entre un Jude Law rasé de prêt, costume impeccable et chaussures cirées, et un mec comme Kurt Cobain qui sent un peu la pisse et menace de crépir le plafond de ton appart, mais clairement je préfère passer la soirée avec le deuxième. Ce qui n’empêche bien sûr aucunement de prendre son pied avec le premier!

Garadh, c’est donc à voir en live, mais pas si vous avez envie de pogoter. Il n’empêche, les genevois ont offert une belle prestation au publique fribourgeois qui se fait toujours un peu plus étoffé dans le fond du café le XXème tout disposé à offrir une scène aux groupes rock suisses et on remercie la direction pour ça, et aussi pour avoir prêté son gérant et cuisinier de formation ainsi que sa belle cuisine professionnelle tout bien rangée, frigos impeccables et trancheuse au top. Un tablier neuf n’était vraiment pas de trop pour jouer les commis lors de la réalisation d’une recette toute trouvée pour les frères Hay:

FullSizeRender

 

 

L’entrecôte de boeuf cuite au foin.

 

J’avais préparé le matin même, un gratin dauphinois que nous avons réchauffé par la suite, histoire de se concentrer sur un deuxième accompagnement et sur cette cuisson fumée que nous n’avions jamais testée, ni moi ni Stéphane.

 

Pour le gratin:

 

Pour 12 personnes, il vous faut:

 

-2kg de pommes de terre (attention de bien choisir une variété riche en amidon sinon c’est la soupe)

-5dl de crème entière

-3dl de lait

-deux gousses d’ail

-du sel

-du poivre

-de la noix de muscade

 

Lavez bien les pommes de terre AVANT de les éplucher. Si vous les lavez après, vous réduirez la quantité d’amidon.

Passez à la mandoline pour obtenir des tranches de 3mm d’épaisseur.

Beurrer un plat à gratin.

Faire des couches en assaisonnant (sel, poivre et muscade) toutes les trois couches environ (oui il faut ranger les pommes de terre une à une).

Recouvrir avec la crème et le lait dans lequel on a fait tremper l’ail pendait une bonne heure.

NON, ON NE MET PAS DE FROMAGE. Enfourner pour 1h30 à 160 degrés. (si vous le faites en avance, cuire la première heure et réchauffer une demie-heure au moment voulu).

 

FullSizeRender_3

 

Nous nous sommes en suite attelés à la création de tians.

Dans un petit moule en aluminium que vous aurez préalablement huilés, faites une jolie rosace avec des tranches d’aubergines, de courgettes et de tomates qu’il faut alterner jusqu’à remplir le plat. Saler, poivrer et ajouter un peu d’ail hâché très fin, enfourner à 180° pendant 30min. Démouler directement dans l’assiette pour voir la rosace.

FullSizeRender_2

 

Pour le boeuf:

Choisir une grosse pièce qui sustentera tous vos invités.

La laisser reposer 30min à température ambiante avant de la faire saisir dans une poêle de tous les côtés. Je ne le répéterai jamais assez, cette étape est hyper importante puisqu’elle sert à faire une croûte avant la cuisson au four et permettre aux sucs de rester dans la viande et de la rendre tendre.

Une fois saisie, saler, poivrer et disposer dans un grand plat dans lequel on aura préparé un lit de foin, un peu comme pour les oeufs de Pâques. Recouvrir la viande avec le reste de foin, fermer le plat et mettre au four 45min à 200° pour une cuisson saignante.

A la fin de la cuisson, et c’est la partie la plus amusante surtout quand on cuisine dans un lieux publiques munis de détecteurs de fumée: mettre le feu au foin.

Attention ça va vraiment beaucoup fumer. Nous nous sommes rendus à l’extérieur du café pour cette étape là. Il faut faire bien attention à mettre le feu et à maîtriser l’apport d’oxygène avec un couvercle, plus longtemps ça fume, mieux c’est.

Laissez la viande reposer 5min, tranchez et servez! Avec une sauce barbecue c’est le top.

 

foodandfuzz
Follow me

foodandfuzz

Vous aimez la bouffe et le rock?

Sur Food & Fuzz, je cuisine et propose les recettes préférées de mes musiciens préférés! Des reviews de concerts, des critiques d’albums, de l’actu et des recettes, le paradis?

Si tu as un groupe ou que tu as un super label et que tu aimerais un article sur Food & Fuzz, écris-moi!
foodandfuzz
Follow me

About the author

foodandfuzz

Vous aimez la bouffe et le rock?

Sur Food & Fuzz, je cuisine et propose les recettes préférées de mes musiciens préférés! Des reviews de concerts, des critiques d’albums, de l’actu et des recettes, le paradis?

Si tu as un groupe ou que tu as un super label et que tu aimerais un article sur Food & Fuzz, écris-moi!

1 Comment

  • Salut,moi c’est Martin de the Old Ladies Bags et surtout maintenant de the Shot, deux groupes fuzzés du Jura profond, à savoir, les Franches-Montagnes, patrie de la bière du même nom, de la tête de moine et de la meilleure viande d’équidé suisse. Ça fait déjà un moment que je suis, avec intérêt, tes tribulations musico-gastronomiques et j’avoue avoir longtemps hésité à te contacter. Le fait étant que the Shot est un projet encore frais(seulement une démo 3 titres à notre actif) et que the Old Ladies commence à sentir le cadavre bien que le décès n’aie pas encore été consommé(1 an qu’on fout plus grand-chose). Nez-en-moins, j’adore le concept de ton site et je m’emmerdes là tout de suite. Je suis en effet coincé à Abu Dhabi pour une sombre histoire de douilles dans mon sac qui va peut-être me mener par la case prison. Bref, c’est surtout que je me languis de ma guitare et de mes co-groupistes(groupeux?) et que j’aimerais bien que notre histoire commune avance. C’est pour cela que je me permets de solliciter un interview avec toi car cela me paraît le bon moment pour le faire. Etant donné que nous entrons bientôt en studio pour un album qui je l’espère, nous rendra connus comme le loup blanc(ou en tout cas, grands au Japon comme le disait un parolier que j’adores…) Voilà, suite à cette diarrhée verbale, je te laisses nos sites internet pour te pencher sur le sujet et me redire si cela t’intéresse. Enfin bref (disait un amputé des deux jambes), peace, love and death metal!
    PS: je mets les deux ici et the shot dans l’espace prévu
    https://theoldladiesbags.bandcamp.com/
    http://mx3.ch/theshot

Leave a Comment