Food and Fuzz

Kabak, la moutarde de bénichon et le DIY

Tu t’es mangé une porte ?

La question mettrait presque mal à l’aise quand on sait que c’est une tache de naissance sur le visage de Fred Magnenat ancien batteur de Favez qui tape depuis deux ans du côté de Kabak et non pas une cicatrice malgré son effet « Albator » plutôt cool. Mais loin de se démonter, le vaudois préfère rétorquer qu’il s’est réveillé comme ça, il n’en sait pas plus. On glousse, on rit même devant les portes du XXème de Fribourg, juste avant le concert de Closet Disco Queen, qui s’était mué ce soir là en une véritable concentr’ de rockeux. C’est dire si le public se prêtait à ce genre de blagues.

FullSizeRender (4)

Photo par Mehdi Benkler après une séance marquée par un accident évité de justesse sur l’autoroute dans lequel on aurait perdu le beau photographe et la moitié de Kabak!

On s’était déjà rencontrés plus tôt dans la journée, au mythique Bad Bonn de Guin, non loin de leur local de répétition pour goûter à ma moutarde de bénichon confectionnée tout spécialement pour l’occasion. Catia Bellini était également de la partie, puisque nous sommes très éco-responsables, j’avais co-voituré depuis Fribourg avec la jolie chroniqueuse de Be Curious et batteuse de John Dear qui venait elle-aussi interviewer le groupe fribourgeois.

FullSizeRender_1 FullSizeRender

Pas si fribourgeois que ça avec deux valaisans et un vaudois dans les rangs. Mais c’est Gilles Mauron, natif du valais de retour en terres fribourgeoises depuis quinze ans qui est à l’origine de ce projet. Chanteur et compositeur du groupe, il est également bassiste au sein de Lysergic Sunshine. Les débuts de Kabak, c’est lui, tout seul, sous son nom. Et puis il s’entoure de Sam et Jérôme (guitare, claviers, basse entre autres) connus pour avoir fait partie du groupe valaisan Nihil Etc. Vient Fred, deux ans plus tard donc, qui redonne un élan à la formation jusqu’à un enregistrement au studio de la Fonderie sous protection des oreilles bienveillantes de Sacha Ruffieux.

Ils ont tous des parcours musicaux différents. Gilles a appris la musique avec des potes comme Lionel Gaillard notamment, lui aussi expatrié valaisan qui chantait, en français je vous prie, dans Morosalpes. Fred est le plus scolaire, il a étudié le jazz dont il est encore passionné au Conservatoire de Montreux avec le génial Leonzio Cherubini qu’il verrait bien en featuring sur un prochain album. Sam a pris des cours de guitare en privé chez un professeur qui partageait son temps entre musique et apiculture et Jérôme a fait le conservatoire lui aussi, mais pour y étudier la trompette. Si si. Il a d’ailleurs fait partie de quelques fanfares, et regrette de n’avoir pas pu intégrer celle de l’armée, véritable planque à feignasses kakis, puisqu’il faut un niveau très élevé pour en faire partie. Après quoi, de peur que le sergent kikette se casse le doigt et ne puisse entonner les plus belles marches militaires pour cuivres il se voit généralement exempté des exercices de routine.

 

De Bashung à Sonic Youth, les titres du nouvel album de Kabak qui sera verni demain soir au Bad Bonn ont une ligne affirmée et un style propre à Gilles. Mais les différents morceaux sont également teintés des influences de chacun des membres du groupes qui vont de Fugazi à Led Zeppelin en passant par Color Hayes, Tame Impala, Coda et plein d’autres, et offrent un million de possibilités aux oreilles attentives. C’est ce que je trouve d’exceptionnel à cet album. Chaque auditeur y trouve son compte. Frank Matter entend les rolling stones pendant l’interview de son émission Rock Spotting, Philippe Becquelin (Mix et Remix) avec qui j’assistais à leur concert au Festival les Georges cet été entendait les clash et j’ai moi-même été assez surprise de chercher toute une matinée à quoi l’intro de Pantois me faisait penser jusqu’à réaliser que ça me ramenait au Foo Fighters des 90’s.

Mais pour Kabak, pas besoin de catégoriser leur musique et si vraiment il est nécessaire de leur attribuer un style pour une plateforme en ligne par exemple, ils laissent le soin à un professionnel de le faire. Ils font cette constatation qu’aujourd’hui on ne fait plus appel aux professionnels dans le métier. Tout le monde est un peu producteur, label, disquaire et programmateur en même temps. Ce qui a un côté cool, mais quand ils repensent a l’attrait que pouvaient avoir certains labels dans les années 90, qui attiraient du monde à un concert rien qu’en posant leur logo sur l’affiche, ils sont un peu nostalgiques.

Pourtant, ils sont fiers d’avoir une démarche totalement indépendante aujourd’hui. Pas de subventions, pas de we make it. L’autofinancement leur laisse les mains libres. Un peu à la mode Fugazi, ils aiment le « faire soi-même » et prouvent de concerts en album que ça fonctionne.

 

A voir demain soir au Bad Bonn de guin ! Partagez l’article sur facebook et gagnez peut-être des entrées pour le vernissage.

 

 

 

RECETTE DE LA MOUTARDE DE BENICHON:

 

 

Pour une douzaine de pots :

 

-200g de moutarde moulue

-5dl de vin blanc

-2l. d’eau

-une poignée d’anis en grain

-une poignée d’anis étoilé (badiane)

-4 bâtons de cannelle

-250g de sucre candi

-500g de sucre cristallisé

-250g de farine

-5dl. D’eau

-5dl de vin cuit

-1 cuillière à café de cannelle moulue

-une grosse cuillère à soupe de miel de la région

 

 

La veille :

Faire tremper la moutarde sèche dans le vin blanc

 

Le lendemain :

 

Cuire les 2 litres d’eau pendant une demie heure avec l’anis, la cannelle en bâton et l’anis étoilé, 250g de sucre et le sucre candy, puis passez le tout (attention à ne pas vous brûler)

 

Délayer la farine dans un demi litre d’eau (faire attention à ne pas avoir de grumeaux) et verser dans le jus. Faire cuire encore dix minutes au minimum en remuant constamment. C’est à ce moment là qu’on obtient la consistance souhaitée.

Ajouter ensuite la moutarde, le vin cuit, la cannelle en poudre et le miel.

 

Verser dans des pots propres, fermer et mettre les pots à l’envers, les laisser refroidir. C’est prêt !!

IMG_5388

foodandfuzz
Follow me

foodandfuzz

Vous aimez la bouffe et le rock?

Sur Food & Fuzz, je cuisine et propose les recettes préférées de mes musiciens préférés! Des reviews de concerts, des critiques d’albums, de l’actu et des recettes, le paradis?

Si tu as un groupe ou que tu as un super label et que tu aimerais un article sur Food & Fuzz, écris-moi!
foodandfuzz
Follow me

About the author

foodandfuzz

Vous aimez la bouffe et le rock?

Sur Food & Fuzz, je cuisine et propose les recettes préférées de mes musiciens préférés! Des reviews de concerts, des critiques d’albums, de l’actu et des recettes, le paradis?

Si tu as un groupe ou que tu as un super label et que tu aimerais un article sur Food & Fuzz, écris-moi!

Leave a Comment