Food and Fuzz

ØLTEN et les boulettes vegans de viking

a3082570600_2

Quelques jours après le vernissage incroyable de DARIUS on reste dans la même écurie avec les jurassiens de ØLTEN eux aussi signés chez Hummus. Je n’ose même pas raconter comment j’ai rencontré Christophe Macquat, mais pour alimenter un peu votre imaginaire, je peux vous dire que j’ai vu dans le désordre du Slayer, du air guitar et des culottes en bas. Leur texte de présentation signé Philippe Simon commence avec cette phrase : « Vous avez déjà vu pédaler un sanglier sur un vélo militaire avec une paire de micros qui lui sortent du trou du cul ? » et c’est assez révélateur du moment que j’ai passé avec Christophe et Sébastien, respectivement guitariste et bassiste de ØLTEN. Manque Marc le batteur, « le plus beau du groupe » d’après eux. Dommage pour moi !

ØLTEN c’est ça :

http://www.youtube.com/watch?v=ZEYqIoyzX90

Un trio instrumental qui s’avance dans le rock suisse comme un Drakkar traversant Porrentruy dans un nuage de fumée noire, Thor les couilles au vent sous sa peau de bête un genou posé sur la proue et son marteau en main, prêt à dévisser une des cornes de son casque pour y verser de la bière.  Les trois jurassiens, pères de famille ont pour mission de vous faire « redécouvrir la bête qui se cache en nous ».  Je mise tout sur le marcassin, on verra bien.

Dès la première écoute je  suis surprise par le jeu de Marc (que j’imagine  maintenant comme un sosie encore mieux gaulé de Ragnar Lodbrock). Assez clairement, c’est la batterie qui tient le lead. Un jeu subtil, tribal et très bien construit qui sait exactement comment mettre en valeur les riffs emmenés par Christophe et appuyés par Sébastien.  Les ambiances sont nuancées  et l’album globalement plus dark que leur premier EP (bien qu’il ne s’agissait déjà pas de la bande-son de petit poney).

Le jeu de Marc ne plaît pas qu’à moi. Sébastien et Christophe qui fournissent un gros travail entre la guitare et la basse m’avouent avoir beaucoup de plaisir à jouer avec lui, toujours à fond, il est un de ces batteurs qui montre sur sa tronche qu’il est content, pose souvent des questions sur son jeu et se remet facilement en question. (sûrement un ancien bassiste).

Et puis il y a GLOOM, une chanson sur laquelle on retrouve Tomas Liljedahl, un tatoueur suédois parti travailler à Los Angeles pour deux ans et qui a d’ailleurs tout enregistré là-bas.

Ils aiment la Suède donc, les jurassiens de ØLTEN. Ce O barré, des titres qui sonnent comme des noms de meubles IKEA et un amour inconditionnel pour le hard suédois avec des albums favoris comme  « The Shape of Punk to Come » de Refused. Et puis c’est le pays des vikings !

Mode le nouvel album de ØLTEN sort le 17 avril et fera autant plaisir à vos yeux qu’à vos oreilles. Une incroyable pochette signée Laurent Güdel affiche une belle africaine dans son boubou orange, un bouc noir devant elle.  On imagine l’artiste en plein tour du monde , l’appareil photo autour du coup prêt à bondir sur n’importe quel sujet intéressant au détour d’une case. Il n’en est rien, cette photo a été prise dans la banlieue de Berlin.  Là où cette magnifique femme émigrée pour suivre sa fille a finalement épousé un homme et s’est mise à l’élevage de chèvres.

a3082570600_2

Si vous n’avez pas la place pour un beau vinyle, Mode existe aussi en K7, résultat d’une blague qui a finalement bien marchée sur leur « we make it », le groupe s’était alors retrouvé obligé de les produire !

Quand je leur demande ce qu’ils veulent faire dans le futur avec ØLTEN, ils me répondent  en cœur : « conquérir le monde !! » Plus sérieusement, le trio est réaliste et sait qu’il est impossible de vivre de ça, mais partir en tournée, boire plus de bière et faire un deuxième disque encore plus Dark que Mode semble leur convenir.

Vous pourrez découvrir ØLTEN et leur nouvel album au SAS de Délemont ce vendredi 10 avril, et à Ebullition ce samedi 11 avril, n’oubliez pas votre peau de bête et vos esclaves.

commandez MODE ici!

Côté cuisine, on a à faire à des jurassiens qui font la Saint-Martin chaque année. Je les imagine manger de tout, mais il semblerait que ce soit surtout le cas de Sébastien qui se retrouve parfois seul à manger les plus improbables menus servis dans certains clubs, comme les pâtes aux saucisses cuites au micro-onde qu’ils avaient dégustées avant un concert.

Personne n’est végétarien ou pire,  mais Christophe ne mange pas de fromage cru (pensée émue pour Christophe Noth). Par contre, comme il leur arrive de manger avec des groupes qui comptent des vegans dans leurs rangs, ils m’ont demandé de leur cuisiner un plat vegan qui ressemble à de la viande, servit sur une femme nue avec du miel pour faire viking. Chiche ?

http://www.oltenband.com/

Les boulettes vegans de viking :

– Voir la recette ICI

foodandfuzz
Follow me

foodandfuzz

Vous aimez la bouffe et le rock?

Sur Food & Fuzz, je cuisine et propose les recettes préférées de mes musiciens préférés! Des reviews de concerts, des critiques d’albums, de l’actu et des recettes, le paradis?

Si tu as un groupe ou que tu as un super label et que tu aimerais un article sur Food & Fuzz, écris-moi!
foodandfuzz
Follow me

About the author

foodandfuzz

Vous aimez la bouffe et le rock?

Sur Food & Fuzz, je cuisine et propose les recettes préférées de mes musiciens préférés! Des reviews de concerts, des critiques d’albums, de l’actu et des recettes, le paradis?

Si tu as un groupe ou que tu as un super label et que tu aimerais un article sur Food & Fuzz, écris-moi!

Leave a Comment