Food and Fuzz

Tim And The Black Thieves, le rock valaisan et les pâtes saumon- gorgonzola

TABT_portfranc_11

 

Vous y êtes allés le week-end ou parfois pendant une semaine de vacances, arpentant au soleil les plus belles pistes du monde, dégustant joues rouges et moque collée à la moustache, un fendant assez sec pour vous faire ravaler votre mauvaise humeur. Vous vous êtes peut-être même risqués à pénétrer dans une des nombreuses stations thermales de cette région de Suisse si critiquée par les vaudois. Alors que Saillon ou Lavey n’ont plus aucuns secrets pour vous, vous reprenez l’autoroute en imitant Vincent Kusholl qui imite l’accent du coin. Les plus frileux auront tout juste dégusté un café sur l’aire de repos du Grand-Saint-Bernard alors qu’ils quittaient la Suisse pour des vacances dans le Nord de l’Italie et les peureux, eux, et bien ils auront à peine regardé Station Horizon. Ah le Valais, ce canton unique dans lequel s’entre-mêlent des vaches catcheuses et la raclette, Christian Constantin et la brisolée, les immanquables selfies de Jérôme Desmeules à la Foire du Valais et le passeport valaisan.

Cependant, et il ne fait aucun doute là-dessus, si le valais n’existait pas, Food And Fuzz non plus. Non seulement le blog a connu ses premiers succès grâce à cette chronique sur Last Moan qui m’avait valueun article dans Le Nouvelliste, mais aussi parce qu’à force de chroniquer les groupes de la région, j’ai réussi, un peu à la manière d’un agent de la DEA en planque en Colombie dans les années 70, à infiltrer la scène valaisanne. Je connais désormaissuffisamment de musiciens pour me sentir en sécurité dans ces contrées que seuls les braves osent pénétrer.  Et puis les valaisans son gâtés, la capitale leur offre une toute nouvelle salle (mon prochain article en parlera un peu plus).

C’est donc le Port-Franc qui accueille, ce soir de décembre, le tout jeune et très mignon Tim Dorsaz.

Tim est un guitariste-chanteur-ébéniste de Martigny connu jusque dans les plus petits recoins de la vallée du Rhône. Il a entre autres officié dans « Tonight With Your Mom », groupe bien connu des valaisans et qui a dû il y a peu faire face à la disparition tragique de leur chanteur, coup dur pour le groupe et pour Tim.

TABT_portfranc_11

photo: Christophe Duvoisin

Avec son projet « Tim and The Black Thieves« , il s’entoure de deux amis. Il y a Aurélien, vendeur en électronique de 23 ans, beau comme un camion neuf, tout tatoué, les muscles moulés sous une petite chemises à manches courtes retroussées, etpuis Lucien, 24 ans, rocker brut aux cheveux longs, insondable et plus discret. Le premier est batteur, le deuxième est bassiste et tous deux sont de prochesamis de Tim. Alors bien sûr, le groupe porte son nom, et comme il me l’expliquera plus tard, même s’il est conscient que les deux amis amènent leurstouches personnelles à ses compositions, il tient àgarder un certain contrôle sur sa musique.

Le concert commence avec un rythme de batterie très rétro façon « Be my Baby » de « The Ronettes », mais on abandonne très vite Phil Spector pour quelque chose de plus cru. Forcément, quand on connaît l’amour que porte Tim aux « Black Rebel Motorcycle Club », on ne peut s’empêcher de chercher les références tout au long du set et elles ne sont en effet jamais bien loin, même si Tim ne s’arrête pas au style des californiens pour autant. Au niveau de la voix, on pense de temps en temps reconnaître le très bon William Keegan des « Together Pangea » (concert auquel j’avais d’ailleurs rencontré Tim pour la première fois), bien que l’accent anglais soit peut-être encore à travailler.

Tout se passe bien malgré quelques boulettes d’accordage ou un capodastre oublié, on sent que Tim a des heures de vol puisqu’il gère ça comme si de rien n’était là où d’autres (suivez mon regard) auraient déjà perdu tous leurs moyens et envoyé brûler leurs instruments à travers un ampli ou un batteur avant de se faire hara-kiri sur scène en criant au complot.

Après un sample tiré d’un monologue désormais culte de Pablo Escobar dans la série Narcos,Tim s’offre le luxe d’accueillir quelques guests vers la fin du set. Thomas Bochatay, le beau maçon des Marécottes dont je vous parle dans l’article consacré aux Dream Homeless monte sur scène pour chanter un titre avec Tim et dans la salle, le frémissement de jeunes pucelles et autres vieilles cougar prêtes à échanger leur place avec le micro partagé entre les deux amis se fait largement sentir.

TABT_portfranc_2

 

Igor Métrailler des Last Moan vient achever l’audience sur deux titres à la guitare et au chant. La complicité entre les deux musiciens n’est plus à démontrer, il partageront d’ailleurs quelques jours plus tard l’affiche des sessions de Noël de Food And Fuzz durant lesquelles ils ont décidé de reprendre à deux quelques titres des Last Moan.

3

photo Valéry Monnet

Le concert est un succès et je retrouve Tim dans les backstages pour un repas préparé par Justine, la petite amie de Tiziano Zandonella aka. Yellow Teeth, formation dont elle est la deuxième voix. LePort-Franc tournant grâce aux nombreux musiciens de la région, ce n’est pas étonnant d’y croiser tout ce joli monde.

L’ambiance est détendue, Tim termine de signer quelques exemplaires de son dernier album entièrement auto-produit et auto-financé. Tiré à une centaine d’exemplaires numérotés, ce disque est un petit bijou DIY enregistrés sur bandes, et la pochette a été sérigraphiée à la main chez des amis du jeune octodurien (ce terme ne désignant pas la catégorie de porn japonais impliquant la présence de pieuvres, c’est en effet bien comme ça que l’on appelle les habitants de Martigny). Florian Mottet, bassiste de Dream Homeless y apparaît également. L’album téléchargeable gratuitement ici est une belle démonstration de blues rock fuzzé comme onaime. Autre démonstration, je sens la température monter alors que le jeune musicien baisse son pantalon pour me montrer sa plus grande fierté. Attention, on parle ici de quelque chose que je connais bien pour l’avoir expérimenté plusieurs fois et dont peu peuvent se vanter, Tim s’est lui-mêmefait ses tatouages, et il faut avouer qu’ils en jettent.

FullSizeRender_1

Les influences du trio sont diverses, Ty Segall et son projet « Fuzz » côtoient « BRMC », « Shoegaze » ou encore « Deftones », mais c’est assez étonnamment « Pink Floyd » qui prend le dessus quand on parle des préférences de Tim, bien qu’il avoue avoir eu quelques aprioris avant de s’y plonger encore et encore jusqu’à enfin comprendre leur musique et l’adorer. Il pensait, et on ne lui en tiendra pas trop rigueur, qu’il ne pouvait s’agir que de connards avec un pareil nom de groupe.

On arrive inévitablement, comme avec toutmusicien qui se respecte, sur le sujet de l’industrie de la musique. Tim ne peut s’empêcher de citer « Queens Of The Stone Age » ou « Oasis » commeexemples à ne pas suivre. Pour lui, c’est avant toutun problème de public. « Si Josh se chiait dans les mains et lançait son caca, son public applaudirait en étant couvert de merde », me lance-t-il, convaincu que certaines stars sont devenues des figures publiques qui n’ont plus rien à voir avec la musique de leurs débuts. Contrairement à « BRMC » qui, toujours d’après Tim, ont su rester sous la barre du « populaire » et ont réussi, au fil des années, à reconnaître cette limite et à s’en éloigner.

Quand on parle d’éloignement, forcément le Valais revient sur le tapis. Il faut avouer, et les membres du groupe tout comme quelques autres musiciens autour de la table abondent en ce sens, qu’il n’est pas facile de sortir du canton. Les salles valaisannes manquent rarement une occasion de booker des groupes de la région, ce qui est bien sûr un moyen de pouvoir rapidement faire de la scène, mais cet atout provoquerait également une certaine forme de fainéantise et il n’est jamais simple de quitter sa zone de confort. C’est pourtant tout ce que l’on souhaite à « Tim and The Black Thieves » qui trouverait assurément outre-valais un public qui aura le bon sens se voir conquis par la subtilité descompositions. Et puis on peut certainement échanger avec quelques groupes fribourgeois ou jurassiens qui ne rêvent que d’investir les salles valaisannes !

(merci Yannick Neveu pour les corrections)

 

 

La recette de Tim:

 

 

Les Pâtes au Saumon

Comme il s’agit d’un classique et que je l’avais déjà revisité pour Amenra, j’ai décidé d’en faire une recette vraiment spciale en y ajoutant du gorgonzola (merci Vincent Yerly).

 

Pour 3 personnes il vous faut:

-un suprême de saumon

-une tranche de gorgonzola à la mascarpone

-un petit verre de vodka

-un oignon

-les 3/4 d’un paquet de farfalle

-du sel

-un bon poivre

-deux cuillères à soupe d’huile d’olives

 

La recette va très vite.

Dans une poêle dans laquelle on ajoute un cuillère à soupe d’huile d’olives, faire cuire le suprême de saumon préalablement tranché en trois parties. Il faut bien le surveiller pour qu’il soit rosé au milieu. Une fois cuit, le sortir du feu et le laisser reposer une minute sur du papier absorbant.

Pendant la cuisson du saumon, faire cuire les pâtes selon l’indication du paquet, dans de l’eau salée. Les égouttées.

 

Pour la sauce au gorgonzola, faire revenir les oignons dans une cuillère d’huile d’olives baisser le feu et y ajouter le fromage grossièrement coupé tout en remuant. Une fois le gorgonzola entièrement fondu, y ajouter la vodka et flamber jusqu’à extinction.

Pour finir, mélanger les pâtes à la sauce, déposer dans une assiette creuse et poser un pavé de saumon sur le dessus. Pour la dégustation, si vous avez correctement cuit le saumon il devrait se décomposer dès le premier coup de fourchette et parsemer ainsi vos pâtes.

Bon ap’!

 

foodandfuzz
Follow me

foodandfuzz

Vous aimez la bouffe et le rock?

Sur Food & Fuzz, je cuisine et propose les recettes préférées de mes musiciens préférés! Des reviews de concerts, des critiques d’albums, de l’actu et des recettes, le paradis?

Si tu as un groupe ou que tu as un super label et que tu aimerais un article sur Food & Fuzz, écris-moi!
foodandfuzz
Follow me

About the author

foodandfuzz

Vous aimez la bouffe et le rock?

Sur Food & Fuzz, je cuisine et propose les recettes préférées de mes musiciens préférés! Des reviews de concerts, des critiques d’albums, de l’actu et des recettes, le paradis?

Si tu as un groupe ou que tu as un super label et que tu aimerais un article sur Food & Fuzz, écris-moi!

Leave a Comment