Food and Fuzz

TRUE STORY: Christoph Noth, le hard et la croûte au fromage

10339386_o
10339386_10152698055403392_5909416996821777316_o

pic by http://www.stemutz.ch/

Si vous êtes régulièrement dans le public de Fri-Son ou que vous faites partie de la scène hard de Fribourg et ses environs, impossible que vous n’ayez pas vu passer sur scène le plus connu des ex-chevelus, le fan absolu de Metallica, l’ingé son qui fait frémir les jolies jeunes groupies en jouant du air guitar sur un bon vieux Slayer et qui en boit volontiers une après un concert pour parler amplis.

Natif de la charmante petite bourgade de Liebistorf située entre Chiètres et Morat, Christoph Noth commence sa carrière musicale avec l’instrument du diable, la flûte à bec. N’ayant pas trouvé le moyen d’y brancher une disto, il se tourne vers la guitare classique qu’il étudiera durant 9 ans.  Polygraphe de formation, il lui aura fallu deux ans pour se rendre compte que le métier n’était pas fait pour lui. Il se jette alors corps et âme dans le vice et la satanerie, prends des cours d’ingénierie du son au SAE de Zürich tout en donnant des cours de guitare dans une école privée de musique qui finira par le virer. Sans hésitation, il devient alors ingénieur du son à temps plein malgré la réserve de ses parents. Un oncle musicien fait moyennement envie avec ses fins de mois minuscules et leur rappelle que le métier n’est pas facile, mais maman écoute du Queen et du Santana, la pilule finira donc par passer. Aujourd’hui il exerce toujours, mais il a également créé toute une structure de booking et de promo. Il est à son compte mais travaille également pour Hummus Records et s’occupe de groupes comme Olten, Abraham, Zatokrev, Schammash, Herod, The Burden Remains ou The View Electrical. Il se consacre uniquement à la Suisse, et m’explique qu’il a besoin d’une relation privilégiée pour fonctionner correctement avec les groupes pour lesquels il travaille. Tous les membres des groupes qu’il gère sont devenus ses potes, et c’est essentiel pour lui, même s’il a réalisé il n’y a pas longtemps que ça n’aidait pas à séparer vie professionnelle et vie privée.

Pour la petite anecdote, il faut quand même préciser que sous ses airs de métalleux Christoph est un vrai gentil. On se connaissait à peine quand j’ai appris qu’il tournait avec les canadiens de Cancer Bats. Mon mari étant pire qu’une groupie de premier rang, je lui avais demandé s’il pouvait me ramener un petit truc, espérant un vieux mouchoir usé du chanteur ou un bout d’ongle du batteur, mais il était arrivé avec un t-shirt qu’il avait fait signer par tous les membres du groupe.

Derrière sa console, Christoph aime être honnête et franc, mais il restera toujours correct. Son but c’est de faire sortir les musiciens qu’il sonorise de leur zone de confort. Sa meilleure leçon reste la première soirée full metal du Nouveau Monde. Zatokrev jouait ce soir là, ils y terminaient leur tournée. Chris me raconte qu’ils sont arrivés sur scène avec leur backline et avant même de poser des micros leur son était parfait. Et c’est ce qu’il cherche à reproduire en résidence par exemple. Trouver le moyen de faire un bon son en amont, et pas sur la console, travailler avec le groupe pour trouver un son qui leur correspond et faire en sorte que ce qui entre dans les micros soit déjà nickel. Aujourd’hui il mixe des groupes comme Red Fang ou Aborted et commence à pouvoir payer ses factures. Ce qu’on peut lui souhaiter dans dix ans? « Ne pas perdre l’envie d’écouter de la musique à force de baigner dedans ».

10868216_10152898705168830_5033904721300284465_n

Il y a 6 mois, Chris devient le guitariste de Cortez, mais ça ne s’est pas fait du jour au lendemain. Le groupe existe depuis treize ans. Un premier album sort il y a dix ans puis le groupe fait une pause. Antoine Tinguely, ancien de « Berserk for Tea Time » remplace le guitariste parti pour Singapour et entraîne avec lui Christoph qui s’occupera du son. En 2013, un nouvel album s’annonce. Une résidence est mise en place, une tournée en Europe, beaucoup de dates qui arrivent, bref le projet plaît et ce n’est pas par hasard. Et puis Antoine décide de partir pour la Nouvelle-Zélande, c’est tout naturellement que Christophe prend sa place. En octobre 2014 il joue pour la première fois sur scène avec les deux autres membres du groupe.

 

Cortez c’est un trio qui veut faire autrement. Loin des codes du bon vieux power trio guitare-basse-batterie, on y trouve un guitariste qui envoie, un chanteur qui envoie et un batteur qui fait pareil. Leur but? Tout détruire. Le groupe travaille presque essentiellement sur l’intensité de leur musique, en utilisant toutes leurs connaissances sur le son pour arriver couche après couche à quelque chose de massif et de puissant.

Je lui demande si il est autant à l’aise dans son rôle de guitariste que dans celui d’ingénieur du son. Il m’explique qu’au début, il n’avait plus de routine, perdait son plectre tout le temps, et saignait des doigts (on en connaît qui aiment). Et puis petit à petit, tout est revenu, maintenant il parle de « muscle memory ». De toute manière il est seul à la guitare, c’est plus pratique pour camoufler des pains avoue-t-il. On espère qu’il n’aura pas grand chose à camoufler ce mercredi premier avril pour sa toute première fois comme guitariste sur la scène de Fri-Son qu’il a foulée un bon milliard de fois en tant qu’ingénieur du son. Cortez joue en première partie de Ken Mode (CA) et c’est immanquable.

http://www.fri-son.ch/program/next/2015/04/01/index.html

Quand je lui demande enfin ce qu’il préfère manger, il me répond simplement « de la chatte ». La classe des guitaristes n’a définitivement aucune limite et c’est bien pour ça qu’on les aime. Plus sérieusement, Christophe m’explique que s’il le pouvait, son régime alimentaire serait composé à 90% de fromage. Mais il avoue manger plutôt léger et vitaminé quand il est en tournée. Et au quotidien, il n’aime pas trop les abats, il est très suisse-allemand de ce côté là. « Le toast hawaïen c’est le truc le plus exotique qu’on mangeait chez mes parents » me lance-t-il avant de m’annoncer qu’il aimerait que je cuisine une belle croûte au fromage pour accompagner cet article.

Je me suis donc exécutée et vous présente avec joie et entrain non pas une, mais deux recettes de croûtes au fromage.

La première dans mon poêlon Le Creuset Emaüs (que j’ai bien lavé, oui) est cuisinée avec un fromage à la raclette alors que la deuxième est au Gruyère.

http://www.cortez-band.com/

Les croûtes de Christoph :

– Voir la recette ICI

foodandfuzz
Follow me

foodandfuzz

Vous aimez la bouffe et le rock?

Sur Food & Fuzz, je cuisine et propose les recettes préférées de mes musiciens préférés! Des reviews de concerts, des critiques d’albums, de l’actu et des recettes, le paradis?

Si tu as un groupe ou que tu as un super label et que tu aimerais un article sur Food & Fuzz, écris-moi!
foodandfuzz
Follow me

About the author

foodandfuzz

Vous aimez la bouffe et le rock?

Sur Food & Fuzz, je cuisine et propose les recettes préférées de mes musiciens préférés! Des reviews de concerts, des critiques d’albums, de l’actu et des recettes, le paradis?

Si tu as un groupe ou que tu as un super label et que tu aimerais un article sur Food & Fuzz, écris-moi!

Leave a Comment