Food and Fuzz

Unexisting structures, les concours et les fajitas végés en transparence

Unexisting_hdr

A mon arrivée au Gaskessel de Berne, un samedi soir, je m’attendais à tout sauf à entrer dans une salle bondée et voir le public danser au son de Johnny Be Good, repris par des bernois. Ensuite, je me suis rappelé qu’effectivement, le Emergenza Band Contest prend ses quartiers en Suisse allemande, et que même si c’est un concours, tu peux t’y présenter en jouant la musique des autres, ça ne pose de soucis à personne. En effet, les suisses-allemands sont plutôt friands de « cover bands », ce n’est un secret pour personne. Mais pourquoi donc étais-je là? Est-ce que je cherchais à me réchauffer d’une descente dans l’Aar? Avais-je rendu une visite surprise aux flamants roses du Dählhözli? Est-ce que mon aventure avec Ueli Maurer était sur le point d’éclater en plein jour?? Je suis certaine que si certains se sont rappelé des plongeons depuis les ponts de berne, et que d’autres s’imaginaient au Tierpark en train de compter les ratons-laveurs, vous êtes quelques-uns à m’avoir imaginé avec ce vieux machin, et j’en ai froid dans le dos.

J’étais à Berne pour interviewer un nouveau venu sur la scène rock fribourgeoise.

Unexisting Structures n’a pas joué de reprise ce soir là. Ils ont payé leur frais d’inscription comme tout le monde et joueront gratuitement ce soir malgré la bière qui coule à flot et l’entrée à 22CHF. Oui, gratuitement. Parce qu’il faut bien payer le lot du vainqueur et engraisser un peu les organisateurs (comment ça j’arrête pas de râler?) . Le gagnant de la demie finale de ce soir se retrouvera en finale Suisse, puis ira se frotter à des groupes internationaux. A la clé? Un album payé par Marshall, du backline (des amplis entre autres) et une tournée. De quoi en faire rêver certains, mais pas nos jeunes fribourgeois. Ils ont entre 21 et 23 ans et n’ont envie que d’une chose, monter sur scène. Pour le faire, ils n’hésitent pas à jouer dans des « College Parties » ou des concours comme celui-ci. Et au passage peut-être seront-ils remarqué par un promoteur ou un programmateur.

Unexisting Structures a été formé il y a un peu plus de deux ans, mais joue sous sa forme actuelle depuis l’arrivée de Martino Lepori, qui tient la basse depuis trois mois.  Alors que le précédent bassiste ne collait pas au genre, l’arrivée de Martino a redonné un souffle nouveau. « On se sent bien sur scène depuis qu’il est là, l’alchimie est meilleure » lance fièrement Pascal Stoll, chanteur du groupe.

En parlant de genre, alors que leur page Facebook annonce du metal core, j’ai l’impression qu’on a bien plus à faire à du punk hardcore, même si j’ai horreur de placer les groupes dans des cases.

Unexisting Structures n’a pas encore d’album malgré un set particulièrement bien rôdé. La formation fribourgeoise  a fait preuve d’efficacité sur scène ce soir-là, et bien que le public n’était pas forcément dédié au punk hardcore, ils ont quand même réussi à faire pogoter une bonne partie de l’assistance. En trente minutes, ils ont convaincu et cela n’a rien d’étonnant. Entre un chanteur à la technique irréprochable et franchement jouissive, et un bassiste qui n’hésite pas à descendre dans le pit, j’aurais apprécié que le set dure un peu plus des 30minutes autorisées par les organisateurs du concours, même si parfois on sent malheureusement la jeunesse de Thyon Gnanapragasam, à la batterie, et Stefano Chies à la guitare, qui mériteraient de prendre un peu confiance en eux quant à leur présence sur scène. Mais je pinaille. Ils n’ont pas gagné ce soir-là, et c’est fort heureusement bien égal, puisque des programmateurs comme Henrique Freitas montre déjà leur intérêt. Ils seront donc sur scène ce vendredi 19 mai au Nouveau Monde de Fribourg, en compagnie de Herod et Devon pour une Full Metal pleine de hard, d’amour et on l’espère de décadence.

La recette:

Unexisting Structures ne connaissait pas du tout le blog avant que je les interview (oui ça fait un mal de chien). Ils n’étaient donc pas prêts à me demander une recette, et finalement, sont tombés d’accord pour une fajita végétarienne, dans un contenant transparent (allez savoir pourquoi).

Voici donc la recette originale que j’ai réalisée:

 

 

Fajitas végétariennes en transparence:

 

 

Pour réaliser 6 fajitas environ, il vous faut:

-une belle aubergine

-un poivron jaune

-un poivron rouge

-6 tomates cerises

-quelques feuilles de salade

-un oignon jaune

-un oignon nouveau

-2 cuillères à soupe de tequila

-2 cuillères à soupe de sauce worceshester

-le jus de deux citrons verts

-de l’huile d’olive

-du persil

-du basilic thaï

-quelques haricots rouges

-des épices (sel, poivre, cumin, piment d’ espelette, merken)

-6 feuilles de riz

Couper l’aubergine en morceaux d’environs 3cm sur 1cm. Les mettre dans un bol que l’on peut fermer, et les faire mariner avec le citron vert, un oignon nouveau haché, de l’huile d’olive, la sauce worceshester et la tequila. Saler poivrer, et ajouter deux pincées de merken, une pincée de piment d’espelette et une cuillère à café de cumin en grains. Mettre au frais pendant 4-6heures.

Une fois les aubergines marinées, les sortir du réfrigérateur, et les faire griller dans une poêle avec un peu d’huile d’olive. Attention à ne pas faire bruler les oignons. Baisser le feu et laisser cuir 15 minutes.

Pendant ce temps, couper les poivrons en lanières, les tomates cerises en deux et les faire revenir dans un peu d’huile d’olive (les poivrons en premier, les tomates vers la fin).

Pour dresser les fajitas:

Plonger une feuille de riz dans de l’eau froide. Laisser ramollir, puis l’étaler sur un plan de travail propre.

Commencer par déposer quelques feuilles de salade au centre, puis trois morceaux d’aubergine. Continuer avec un peu de poivron, l’oignon jaune émincé, les tomates cerises. Terminer avec le basilic thaï et le persil (pour une vraie fajitas, il serait mieux de choisir de la coriandre, mais j’ai vraiment horreur de ça, donc j’ai opté pour ces deux herbes aromatiques).

Pour plier la feuille, commencer par les bords, puis rabattre un côté vers le centre et rouler.

Disposer dans une assiette, avec un peu d’oignons, quelques feuilles de basilic, un peu de jus de la marinade. J’ai également ajouté quelques haricots rouges, qu’on retrouve souvent dans les fajitas.

On peut les servir avec un guacamole, ou un peu de crème acidulée pour un effet tex-mex!

Bon appétit!

foodandfuzz
Follow me

foodandfuzz

Vous aimez la bouffe et le rock?

Sur Food & Fuzz, je cuisine et propose les recettes préférées de mes musiciens préférés! Des reviews de concerts, des critiques d’albums, de l’actu et des recettes, le paradis?

Si tu as un groupe ou que tu as un super label et que tu aimerais un article sur Food & Fuzz, écris-moi!
foodandfuzz
Follow me

About the author

foodandfuzz

Vous aimez la bouffe et le rock?

Sur Food & Fuzz, je cuisine et propose les recettes préférées de mes musiciens préférés! Des reviews de concerts, des critiques d’albums, de l’actu et des recettes, le paradis?

Si tu as un groupe ou que tu as un super label et que tu aimerais un article sur Food & Fuzz, écris-moi!

Leave a Comment